jeudi 13 février 2020

Une saison au jardin: le massif Léontine

Le printemps arrive à grand pas et cette série d'article va bientôt se terminer.Il est bientôt temps de vous parler de la saison 2020. Mais avant ça, je vous emmène pour "Une saison au jardin" du côté du massif Léontine.

Janvier 2019
L'hiver bat son plein et la neige recouvre le jardin.


 Février 2019, les massifs sont nettoyés.
J'aime cette période où je regarde le jardin d'un autre oeil. Les massifs retrouvent leurs contours.
Un tapis d'hellebores s'est installé au centre du massif. Trois pieds ont été plantés au départ , qui ont donnés beaucoup de semis spontanés. J'aime laissé deci delà une pointe de spontaneité au jardin.




En février, Olivier crée une nouvelle barrière, qui trouve de suite sa place en bout de massif.
Les crocus pointent.


Mars 2019

Le prunus Kojo no mai sur tige fleurit pour la 1ère fois au jardin: il a été planté à la fin 2018 dans le massif

Dès son 1er printemps, c'est l'émerveillement!
Les narcisses commencent leur floraison
Berlioz et Biscotte apprécient le spectacle qui se joue dans le massif



Hellebore, narcisses et muscaris



Nous voilà en avril et le printemps bat son plein. Le verger d'en face prend un air de fête, les fruitiers sont en fleurs. Les feuillages se développent.



Et les bulbes continuent de fleurir le massif


 Le joli mois de Mai arrive et le jardin prend du volume.


C'est le mois des ancolies et le massif fait une part belle à ces sauvageonnes, qui se ressèment au gré du vent





Juin est le mois le plus fleuri de l'année, la vie foisonne au jardin. Les journées sont les plus longues de l'année.

Le rosier Rush de Lens est un des plus beaux du jardin. En bout de massif, on ne voit que lui.
Sa floraison est spectaculaire.
Son pied est habillépar des aulx d'ornement.


Une pivoine fleurit à son pied, la pivoine Nippon beauty


Colette de Meilland fleurit dans le tuteur


Le rosier tige Leontine Gervais, à l'arrière, fleurit moyennement en 2019: sa taille a été sévère l'an passé.

Lady of megginch, un beau rosier anglais de David Austin, vient apporter du pep's au massif

Juillet et sa chaleur écrasante arrive

Rush ne démérite pas et fleurit depuis des semaines. A son pied, l'ail sphaerocephalon a remplacé l'ail d'ornement, dont les têtes séchées viendront décorer ce coin pendant des mois.


Les tonalités de Rush se sont adoucies

Les phloxs prennent le relais dans le massif


Aout 2019, l'été est sec et ça se voit.



Mais les vivaces sont généreuses: phloxs, veronicastrum, echinaceas
Phloxs et persicaria

Dahlia, phlox et persicaria


La canicule sévit toujours en septembre.
Les phloxs fujihama résiste à la sécheresse



Les pennisetums s'élancent
et les asters arrivent enfin, à la fin septembre mais beaucoup ont du être rasés, complètement grillés

Octobre redonne un peu d'espoir, il pleut enfin et les asters s'épanouissent
Des asters dumosus ont été installés en bordure

Novembre et ses 1ères gelées

Décembre 2019, la saison se termine


16 commentaires:

  1. Bonsoir Sophie,
    Oh tu parles de la fin de ces épisodes! Ah une nouvelle saison suivra !
    Dans ce massif je suis tombée en amour devant la photo du rosier colette de Meilland dans son tuteur et la panoplie de rosiers derrière. Magnifique
    Lydie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lydie. Un article est prévu et j'en terminerai pour cette année.
      Il faudra attendre l'hiver 2021 pour vois de quoi aura été faite la saison 2020.
      J'ai hâte de démarrer la saison et déjà au jardin, les bulbes égaient les massifs. Je trépigne!
      A très vite!

      Supprimer
  2. Comme j'apprécie ces moments de chaque mois
    merci, pour tes photos, cela m'apporte beaucoup d'idée pour notre jardin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si cette série d'articles vous donne de l'inspiration.
      Je continue pour ma part à trouver des idées sur d'autres blogs également, en visitant des jardins..
      Bonne journée!

      Supprimer
  3. Eh bien dis donc ! Il y en a des massifs ! Et tous plus beaux les uns que les autres !
    Quelle magnifique pivoine ! Les asters sont superbes aussi !
    Un massif flamboyant !
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Philippe. J'aime beaucoup cette pivoine, plantée l'an dernier dans le massif. Elle est très jeune pour l'instant mais quelle merveille!

      Supprimer
  4. Je rejoins tous les commentaires précédents. Je vous suis à travers ce blog depuis 6 mois environ (j'ai consulté les archives !). J'ai adoré cette série car au delà de la beauté des massifs, la vision de leur évolution est pleine de renseignements : la structure des massifs avec l'écart entre les principaux éléments, les hauteurs, la succession des floraisons etc... J'ai passé (et je les regarderai probablement à nouveau pour piocher des idées) d'agréables moment alors merci pour tout ceci !

    RépondreSupprimer
  5. magnifique massif, tous les mois de nouvelles plantes fleurissent, avec toi, j'apprends qu'un parterre doit être planté serré, étagé et surtout mettre des plantes qui fleurissent progressivement dans l'année, comme par ex les ails, et ensuite le pennisetum qui prend leur place, c'est superbement agencé..
    le rosier Rush est une beauté chez toi
    J'ai apprécié toutes les photos de tous tes billets au long de l'année, un gros travail de recherche pour toi, mais un plaisir pour nous!
    bon WE, des bises bretonnes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Catherine, tu es adorable. Mon objectif est de fleurir le jardin toute l'année et j'essaie d'améliorer les manques de certains massifs toutes les saisons.
      Ces articles servent à ça, à noter ce qui marche bien et ce qui ne fonctionne pas du tout.
      Ils vont m'aider à remettre mes idées en ordre pour le printemps qui arrive.
      Un jardin n'est jamais terminé et si mon cheminement peut vous aider aussi, c'est tant mieux!
      Bises

      Supprimer
  6. Ce massif est un spectacle permanent! Je vois que tu plantes aussi très serré et que tes rosiers ne semblent pas en souffrir... Chez moi pourtant, j'ai souvent l'impression que les plantes vivaces les étouffent! Je les nourris deux fois par année,avec du fumier décomposé, mais ces deux dernières années n'ont pas été à la hauteur, malgré les soins apportés. Quand je vois la profusion chez toi, je me dis que je dois faire quelque chose de faux! A creuser... ;-)
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  7. Oh mais pourquoi ferais tu mal quelquechose?
    C'est peut être une histoire de terre, d'exposition. Toutes mes plantations n'ont pas été des succès, j'arrache tous les ans 1 ou 2 rosiers, ceux qui sont chétifs ou trop malades.
    Le jardin pousse à faire une sélection au fil des ans et j'ai abandonné l'idée de planter de nouveaux cultivars ou hybridations qui ne résistent pas à mon climat.
    Ton jardin est magnifique tel qu'il est.
    Bises Gine.

    RépondreSupprimer
  8. Encore un massif superbe et opulent comme je les aime. Quelle source d'inspiration ! J'ai hâte de découvrir ton jardin en 2020 en espérant que l'été sera moins brûlant. Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Sophie!
    Il faut donc que "Une saison au jardin" se termine,
    pas de rime superflue, même facile, ou alors, pour le dernier billet de la série,
    on peut oser un...le mot de la fin sera pour Léontine!
    Il n' y a qu' au jardin qu' on encourage les rondeurs, les différences, les faiblesses ou les... victoires.
    Et qu' elles sont belles les victoires d' une jardinière, qu' elles sont belles!
    La confiance est mutuelle et partagée, une sorte de "collectif" au service d' un bout de terre, y faire naître l' abondance...mais en toute modestie, car pour y arriver, il faut du temps, autant que pour chaque massif mis
    à l' honneur dans ta série!
    Bises
    Carole.


    RépondreSupprimer
  10. Coucou Sophie
    Ce qui est impressionnant c est de voir le massif en février presque nu...puis sa magnificence aux beaux jours . Il porte bien son nom!

    RépondreSupprimer
  11. Hola Sophia,gracias por tan bellas imágenes,este año la Leontine Gervais no se le ve,que le pasó?

    RépondreSupprimer