dimanche 9 septembre 2018

Home sweet home

C'est quand on doit partir tous les jours de chez soi pour aller au bureau qu'on réalise à quel point profiter de la maison et de son jardin est essentiel. J'attendais ce week end avec impatience: la météo annoncée était estivale et ils ne sont pas trompés pour une fois!
On a eu droit à des températures divines, dignes d'un mois de juillet. 
Passage à la jardinerie obligé ce vendredi pour commencer la plantation des bulbes printaniers. 
J'aime bien faire ça assez tôt dans la saison, pendant les belles journées de septembre, quand la terre est encore chaude.
J'ai fait une belle razzia: narcisses, muscaris, crocus et tulipes... Rien d'original ni de nouveau.
J'ai opté pour mes chouchoux, les bulbes qu'on retrouve d'une année sur l'autre.
Les narcisses devraient être nombreux au printemps prochain, surtout si le printemps ne commence pas par un nouveau Paris Moscou qui gèle tout sur son passage!






Pour planter mes bulbes, je n'ai pas vraiment de secret: je prends des notes chaque printemps pour me souvenir des endroits qui nécessitent la plantation de nouveaux bulbes à l'automne. 
Evidemment, mes notes n'étant pas actualisées au fil des mois, je trouve parfois des vivaces  à l'endroit précis où j'avais imaginé planter de nouveaux bulbes. Vous connaissez ma peur du vide mdr!
Puis, d'autres fois, je ne suis pas mes notes et décide d'en installer où il y en avait déjà. Des coups de pelles intempestifs, j'en ai mis deux ou trois, rien de grave. 
Mais forcément, d'année en année, ça devient de plus en plus compliqué! 

Au jardin, les semaines passent et se ressemblent.
Les sauges arbustives ont pris des dimensions généreuses: la Icing Sugar est au jardin depuis 3 ans et est donc bien rustique.


Celle ci, dont je n'ai pas le nom, est au jardin depuis 2 ans.


 Enfant d'orléans est toujours là, vaillant!
Les graminées se réveillent et les épis des pennisetums apportent une touche de légèreté dans les massifs. 
 Le dahlia nain Cory se révèle depuis que les températures sont plus fraiches

Il est pas mimi?




Les calamagrostis ont également lancé leurs plumeaux



 Mozart refeurit au milieu des phloxs, persicarias et le dahlia wink
 Dahlia wink


 Mozart


Les delphiniums remontent

Une association qui fonctionne depuis des semaines:  la Persicaria Taurus avec des calaminthas nepetha
Le rosier adenocheata a bien poussé cette saison et recouvre l'arche désormais.


 La rocaille, que je ne vous avais pas montré depuis des semaines: elle est plutôt verte à cette époque et ce sont les graminées et les sedums qui l'animent.

 Crown Princess Margaret

 Près de l'appentis, le cimifuga fleurit malgré son feuillage cramé



Dans l'entrée, ça bouge! Pendant que je plantais les bulbes, Olivier a travaillé ce coin qui était un peu
tristounet depuis l'arrachage des buis en juillet.
Finalement, on a opté pour la pose de bordure pour délimiter l'allée. Du gazon sera ressemé et rien ne sera replanté! Ca redonnera un peu d'air à l'entrée, qui est déjà bien végétalisée! 
De petits conifères ont remplacé mes boules de buis dans les pots! Si on m'avait dit qu'un jour j'achèterais des petits conifères!

 Et enfin, le petit massif qui était encadré de bordure de buis a bien changé. Des petits pavés ont été installés et des brunneras plantés en bordure.

 Je suis satisfaite du résultat, les pavés habillent et structurent l'espace.
Quelques nouvelles de mes deux compagnons.
Berlioz est toujours en mode été et continue de passer ses nuits dehors, à chasser les rats (il en a tué deux cette semaine!) et les oiseaux (ça me désespère)



 On a beau leur laisser de l'eau au garage et à la maison, c'est dans l'arrosoir du jardin qu'il préfère boire.

Biscotte a clairement senti que les nuits étaient plus fraiches et dort avec nous toutes les nuits!
 Elle est de plus en plus caline avec nous et  exprime que le retour de toute la famille au bureau et à l'école ne lui convient pas du tout. Elle qui était si sauvage..




A très vite!